Une tyrolienne au sommet du Puy-de-Dôme !

Une tyrolienne au sommet du Puy-de-Dôme !

1 avril 2019 0 Par SuperBougnat

Olivier Bianchi, président de Clermont Auvergne Métropole, vient d’annoncer à des habitants d’Orcines la construction d’une tyrolienne au sommet du Puy-de-Dôme.
Et pas n’importe laquelle, puisque ce sera la plus grande d’Europe !
Elle reliera l’ancien relais de télévision de Gravenoire, aux portes de Clermont-Ferrand.

Voici les détails de ce projet prometteur mais qui suscite aussi des inquiétudes.

Cette information était bien évidemment un poisson d’avril, comme vous pouviez le découvrir en cliquant sur le lien fictif présent en fin d’article.

Un projet d’envergure

Ce n’est ni plus ni moins que la plus grande tyrolienne d’Europe et peut-être la plus grande du monde si on se réfère à celles dédiées au seuls loisirs, que la Métropole veut construire entre le sommet du Puy-de-Dôme et le Puy de Gravenoire.

Tyrolienne

Le projet profite en fait de la réassignation des fréquences de télévision au services de téléphonie mobile.
Celle-ci permet de réduire le nombre d’antennes nécessaires, signant ainsi la fin de l’utilisation de l’émetteur de Gravenoire et une baisse d’activité pour celui du Puy-de-Dôme.

L’exploitant de ces installations (TDF) et la métropole ont donc eu l’idée de réutiliser ce patrimoine industriel pour proposer aux touristes et habitants de la région une expérience inédite !

Cette attraction sera aussi un moyen pour des milliers de touristes de découvre à la fois la chaîne des Puys mais aussi la faille de Limagne (peu mise en valeur pour le moment).
Ces deux sites ont été classés au patrimoine mondial de l’UNESCO en juillet 2018, rappelons-le.

Tyrolienne au sommet du Puy-de-Dôme

Techniquement assez simple

Si le projet est ambitieux, il n’est pour autant pas compliqué du point de vue technique.

Il s’agit de tirer un câble d’un peu plus de 7 Km destiné à porter les aventureux touristes qui s’élanceront depuis le sommet du plus célèbre volcan d’Auvergne.
Cette technique est largement maîtrisée par les entreprises spécialisées dans la construction de téléphériques, et plusieurs d’entre elles devraient répondre à l’appel d’offre qui sera lancé fin avril ou début mai.

Tyrolienne au sommet du Puy-de-Dôme

Le départ n’aura pas lieu du sommet de l’antenne du Puy-de-Dôme (bien trop dangereux) mais du toit du bâtiment cylindrique qui se trouve au pied de celle-ci.
Pas d’inquiétude à avoir pour la santé : les antennes “basses” seront prochainement désactivées dans le cadre de la réattribution des fréquences.

Côté Gravenoire, le pylône désormais inutilisé pour la télévision sera juste amputé de sa partie haute, afin de réaliser une plateforme de réception.
L’arrivée se fera en douceur : le câble ne sera pas totalement tendu et l’arrivée se fera donc après un passage plus bas, dans une remontée qui ralentira le pratiquant.

Des dispositifs de ralentissement sont également prévus dans la descente, pour limiter la vitesse à environ 80Km/H.
L’expérience devrait durer environ 5 ou 6 mn seulement !

De nombreux aménagements parallèles

Cet aménagement en entrainera beaucoup d’autres :

  • Déplacement du transformateur RTE présent au pied du Puy-de-Dôme et enfouissement des lignes électriques.
  • Mise en valeur de la carrière de Gravenoire, avec un probable parcours accrobranche, une offre de restauration et même un projet de petit lac artificiel (qui offrirait un espace de baignade et d’élevage de la truite de la Tiretaine pour offrir un lâcher annuel traditionnel).
  • Mise en place de navettes entre Gravenoire et le Puy-de-Dôme qui desservirait aussi le golf voisin et le circuit automobile, qui sera bientôt mis en valeur par le conseil départemental, mais aussi une option possible vers Royatonic et bien entendu le centre de Clermont.

Bref, c’est tout un univers de loisirs et de culture qui pourrait se construire, aux portes de la capitale régionale.

Parapentistes et riverains déjà inquiets

Si le coût annoncé de 4 millions d’euros (hors aménagements périphériques cités ci-dessus) ne provoque aucune opposition tant il est raisonnable, d’autres se montrent inquiets face à ce projet gigantesque.

À commencer par les parapentistes qui affectionnent tant le Puy-de-Dôme : ce câble tendu depuis le sommet pourrait représenter un danger pour eux.
Mais selon les responsables du projet, il suffira d’interdire le décollage depuis une seule des plateformes actuelles.
Jean-Yves Gouttebel, président du conseil départemental et partenaire du projet le rappelle : “Le Puy-de-Dôme est classé à l’UNESCO et comme grand site de France. Il appartient à toutes et tous et ne saurait être préempté par les pratiquant de telle ou telle activité. Tout le monde doit y mettre du sien, pour développer ce site, dans le respect de son aspect naturel“.

Parapente au décollage

D’autres ont exprimé leur inquiétude lors d’une réunion discrète (et sans la présence de la presse !) où les élus ont annoncé le projet : les habitants de Montrodeix et Solagnat, deux hameaux d’Orcines.
En effet, la tyrolienne passera au-dessus de leurs habitations et ils redoutent le bruit.
Olivier Bianchi s’est pourtant voulu rassurant : “Nous pensons par exemple peindre le câble d’une couleur différente au-dessus de ce secteur. Ceci permettra de matérialiser la zone où les usagers devront se montrer silencieux. Les personnes qui viennent se ressourcer dans nos volcans savent respecter leur environnement : je ne suis pas inquiet“.

De toute façon, il faudra bien peindre le câble de différentes couleurs, pour le rendre visible aux avions.

Un succès quasiment garanti

Le responsable du projet, Jean-Philippe Herbien-Lespairl, n’a aucun doute sur le succès à venir : “Quand on voit les gens payer plus de 30 € pour une descente très courte à Superbesse, au-dessus d’un paysage quand même moins intéressant (une station pas vraiment fraîche, dos à la montagne), il est certain que notre projet sera très vite rentabilisé. L’effet “UNESCO” devrait jouer à plein, mais il ne faut pas qu’on tarde trop“.

L’espoir est d’ouvrir la tyrolienne au sommet du Puy-de-Dôme pour le printemps 2021.
Tous les acteurs sont d’accords et volontaires (Département, Parc des volcans, Métropole, TDF) et le financement est réduit donc facile.
Un site dédié sera d’ailleurs bientôt lancé pour présenter tous les détails : www.tyrolienne-des-domes.fr.

Voici un projet qui, pour une fois, devrait être vite et bien mené !

Tyrolienne
Partagez cet article :