Réforme du bac – spécialités en Auvergne

Réforme du bac – spécialités en Auvergne

20 décembre 2018 0 Par SuperBougnat

La réforme du bac 2021 est lancée et c’est cette année que les élèves de seconde doivent choisir les spécialités qu’ils vont suivre en 2018/2019 et 2019/2020.
Et en Auvergne, que peuvent-ils choisir ?

Quelles matières au bac ?

Si les filières générales (ES, L et S) vont disparaître, des spécialités vont apparaître. Mais tout comme les options auparavant, elles ne seront pas toutes disponibles.

6 enseignements, plutôt classiques, seront communs à tous les élèves et tous les lycées proposeront bien entendu ces matières :

  • Français
  • Histoire/géographie
  • 2 langues vivantes (A et B)
  • Enseignement scientifique
  • Éducation physique et sportive (EPS)
  • Enseignement moral et physique

7 spécialités jugées courantes seront largement proposées dans la région et permettront donc aux élèves d’approfondir ou découvrir d’autres matières :

  • Histoire, Géographie géopolitique et sciences politiques
  • Humanités, littérature et philosophie
  • Langues, littératures et cultures étrangères
  • Mathématiques
  • Physique / Chimie
  • Sciences de la Vie et de la Terre
  • Sciences économiques et sociales

4 spécialités considérées comme moins courantes sont aussi prévues, et je souhaite aborder dans la suite de cet article le problème de leur accessibilité :

  • Arts
  • Littérature, langues et cultures de l’Antiquité
  • Numérique et sciences informatiques
  • Sciences de l’ingénieur

Un accès facile en Auvergne ?

Les 7 spécialités “courantes” seront largement proposées dans les lycées de la région : mathématiques et physique/chimie le seront dans tous les établissements alors que SVT, SES et histoire/géographie géopolitique et sciences politiques le seront très largement.
Toutes ces spécialités seront facilement disponibles dans les villes auvergnates, autant dans les lycées publics que privés, comme l’indique le document en lien au début de cet article.

Il en va tout autrement pour les 4 spécialités jugées plus rares !
Je vous présente ci-dessous une carte du projet dévoilé par le Rectorat de Clermont-Ferrand, pour l’année 2019 :

Carte des spécialités rares

Dans le Puy-de-Dôme, si la région clermontoise est largement dotée, avec un choix total pour les élèves (à condition de pouvoir changer de lycée dans certains cas), on voit que l’offre est bien moindre dans les autres secteurs comme à Riom, Thiers ou Issoire qui est la ville la plus mal dotée en Auvergne !

Dans le Cantal, seuls les élèves inscrits à Aurillac pourront avoir accès à ces options rares, pas ceux de Mauriac ou Saint-Flour, ni ceux des lycées privés du département.
Au moins auront-ils un choix large parmi les 4 options rares (comme les 7 autres d’ailleurs).

La Haute-Loire n’est pas trop mal lottie, avec bien entendu un pôle assez richement doté sur le Puy-en-Velay / Brives-Charensac mais aussi des options offertes aux lycéens du nord-est du département et à ceux du bassin de Brioude (qui vient compléter l’offre famélique d’Issoire).

Sans surprise, l’Allier voit apparaître 3 pôles distincts autour des 3 villes phares du département.
Mais les élèves ne pourront pas bénéficier de toutes les options rares au sein de chaque secteur, sauf sur Moulins/Yzeure, et d’aucune à Saint-Pourçain-sur-Sioule.

Une inégalité territoriale !

On le voit aisément : les 4 départements auvergnats ne sont pas logés à la même enseigne en ce qui concerne ces spécialités “rares”.
Cela n’est sans doute pas nouveau et existait déjà avec les options précédemment en vigueur mais on peut s’étonner que l’accès à des bases de formation en art ou dans le numérique soit aussi peu égalitaire dans notre pays.

Ces spécialités, et surtout l’impossibilité d’y accéder, vont impacter l’avenir de nombreux jeunes et il est donc légitime de s’interroger s’inquiéter quant à cette réforme qui va, comme dans d’autres domaines, renforcer les inégalités au sein de nos territoires, faisant de nos nombreux espaces ruraux des sous-régions au sein d’un pays qui se veut baser sur l’égalité et la solidarité.

Smiley colère

Source : Académie de Clermont-Ferrand

Partagez cet article :