Quelle couverture téléphonique en Auvergne ?

Quelle couverture téléphonique en Auvergne ?

30 décembre 2018 0 Par SuperBougnat

À quelle couverture téléphonique s’attendre en Auvergne, région réputée enclavée et au relief prononcé ?

Je vous propose un petit état des lieux des 4 réseaux mobiles en cette fin d’année 2018.

Voici le programme :

  • Les zones blanches en Auvergne
  • Les réseaux par type (2G / 3G / 4G)
  • Les réseaux par opérateur
  • Conclusion

Les zones blanches en Auvergne

Une zone blanche, c’est une zone qui n’est pas du tout couverte par le réseau téléphonique.
Une zone est considérée comme couverte quand au moins un des 4 opérateurs nationaux y offre du réseau ou qu’un pylône commun couvre le secteur pour plusieurs opérateurs (le plus courant étant “France Contact”).

La couverture 2G (voix et sms) :

Zones blanches 2G en Auvergne
Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Passer un appel ou envoyer un message texte est possible pratiquement partout en Auvergne !
Mais ne même temps, avec des réseaux qui se construisent depuis plusieurs décennies, c’est normal. Il faut quand même noter que tous les opérateurs ne couvrent pas toute la région (voir plus loin).
Il est à noter que la plus large zone sans aucune couverture mobile correspond au secteur du Mont Mouchet, haut lieu de la résistance durant la seconde guerre mondiale, aux confins du Cantal et de la Haute-Loire.

les sommets entre Ambert et Montbrison, entre Puy-de-Dôme et Loire sont également sujets à de nombreux “trous” dans la couverture.

La couverture 3G (voix et Internet) :

Zones blanches 3G en Auvergne
Cliquer sur l’image pour l’agrandir

La couverture 3G, largement développée durant les années 2000 et 2010 propose aussi une très bonne couverture de l’Auvergne, toujours à condition de choisir le bon opérateur selon les lieux.
En toute logique, on retrouve des trous de couverture sensiblement identiques à ceux de la 2G (voir légèrement inférieurs, d’ailleurs).

La couverture 4G (Internet) :

Zones blanches 4G en Auvergne
Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Lancée en France entre juin 2012 et décembre 2013 selon les opérateurs, la 4G est actuellement le réseau le plus puissant pour l’Internet.
Les opérateurs travaillent à permettre également l’acheminement de la voix et des sms par ce réseau (qui doit donc en attendant être “couplé” avec une couverture 2G ou 3G).
Si les grands bassins de vie auvergnats sont largement couverts, les opérateurs ont encore beaucoup de travail pour couvrir les zones moins peuplées, en particulier en milieu montagnard.

La technologie suivante (5G qui offrira des débits encore plus puissants) est annoncée à partir de 2020 à 2022 et de premiers tests sont lancés en France : sera-t-elle au rendez-vous avant que la 4G ne soit totalement déployée ?
Cela serait une bonne idée pour offrir un accès Internet puissant à ceux qui vivent trop loin des zones couvertes par le réseau fixe (cuivre ou fibre), sans avoir à installer de lourdes infrastructures (câblage).

Les réseaux par type (2G /3G / 4G)

Si comme on l’a vu certaines zones ne bénéficient d’aucun service (zones blanches), la qualité du réseau varie d’un opérateur à l’autre.

SFR et Orange sont les pionniers de la téléphonie mobile en France (depuis les années 1980). Ils ont été rejoints par Bouygues Telecom dans les années 1990 puis par Free Mobile en 2012.

Depuis son lancement, Free utilise le réseau d’Orange, mais uniquement pour la 3G voir la 2G quand son réseau est absent.
Bouygues et SFR ont eux mis en place un accord de mutualisation de leurs réseaux (2G; 3G et 4G) depuis 2014, en-dehors des zones très denses (agglomérations d’au moins 200 000 habitants).
L’itinérance de Free tant a fortement se réduire au fur et à mesure qu’il développe son propre réseau (fin prévue en 2020) et l’accord de Bouygues et SFR a une concrétisation très variable pour laquelle je n’ai pas trouvé de détails concernant l’Auvergne.

Faisons un point sur la couverture de chaque réseau, opérateur par opérateur :

Couverture 2G des opérateurs en Auvergne

Clairement, c’est Orange qui propose le meilleur service pour la voix et les sms.
Free utilise le réseau 2G d’Orange mais pas les pylônes mutualisés entre plusieurs opérateurs, ce qui explique quelques zones blanches supplémentaires.
SFR présente quelques lacunes, mais c’est Bouygues qui a encore le plus de travail à fournir dans la région pour couvrir tout le territoire avec le service minimum.

Couverture 3G des opérateurs en Auvergne
Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Orange et SFR offrent vraiment une très large couverture 3G de la région, offrant ainsi un accès Internet minimum aux habitants, via leur téléphone (mais la 3G devient de moins en moins adaptée aux usages modernes d’Internet).
Bouygues Telecom a là aussi un retard à rattraper sur ses concurrents, même si sa couverture est déjà très large.
Free Telecom a lui aussi du retard, mais la carte est trompeuse : Free utilise le réseau Orange pour la 3G là où son propre réseau n’existe pas encore. Le service est néanmoins réduit dans ce cas (bridage du débit) et la qualité ressentie est donc assez faible. La couverture reste donc fortement à améliorer en-dehors des zones les plus peuplées.

Couverture 4G des opérateurs en Auvergne
Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Sans surprise, on retrouve à nouveau une avance d’Orange sur la 4G et un retard de Free.
Toutefois, il est intéressant de noter que de larges zones peuvent être couvertes par un opérateur peu présent ailleurs alors qu’elles sont délaissées par ses concurrents.

Les réseaux par opérateur

Pour bien choisir son opérateur, il est intéressant de savoir quels services il propose exactement (voix + sms / Internet bas débit / Internet haut débit) là où l’on vit.

Cliquer sur une image pour l’agrandir :

Conclusion

Contrairement aux idées reçues, la couverture mobile de l’Auvergne est plutôt bonne, à condition de bine choisir son opérateur en fonction de ses besoins.

Il reste hélas un gros travail pour couvrir les secteurs les plus isolés, là où il y a certes peu d’habitants mais où les activités humaines (touristiques ou pas) trouvent leur place et où un bon réseau serait appréciable, malgré les difficultés techniques parfois évidentes.

Les données présentées ici sont issues des sources officielles diffusées par l’ARCEP (l’autorité publique de régulation du marché des communications, que ce soit le courrier, le téléphone ou Internet).
Elles concernent la couverture en extérieur (dans les bâtiments, le réseau est plus faible car les murs bloquent les ondes, plus ou moins selon leur fréquence) et sont des estimations (il n’est pas possible de tester tous les réseaux sur tout le territoire.

L’ARCEP a mis en place des cartes accessibles au public et développe des outils pour mieux évaluer la qualité du réseau proposé par les opérateurs, y compris par des mesures sur le terrain.
Vous pouvez retrouver toute cette information sur le site monreseaumobile.fr.

Vous pouvez aussi participer à l’amélioration en utilisant diverses applications collaboratives :

Partagez cet article :