Polémique autour du court métrage Detainment

Polémique autour du court métrage Detainment

25 janvier 2019 0 Par SuperBougnat

France Info nous apprend qu’une famille demande le retrait d’un court métrage de la sélection pour les Oscars : Detainment.
Ce film sera présenté au festival du court métrage qui débute dans une semaine, en compétition internationale.

C’est quoi, ce film, au juste ?

Le film concerné s’appelle Detainment, que l’on peut traduire par détention.
Il raconte l’histoire vraie d’une sordide affaire survenue en 1993, à Liverpool, en Angleterre.

Deux enfants âgés de 10 ans avaient enlevé, torturé puis assassiné un enfant qui approchait de ses 3 ans. Son corps avait été retrouvé 2 jours après sa disparition.

Le film se base sur les transcriptions et enregistrements des interrogatoires des deux assassins. Il dure 30 minutes.

Que reproche-t-on à ce film ?

Les parents du jeune garçon assassiné ont demandé publiquement, le 24 janvier 2019 que ce film soit retiré de la sélection pour les Oscars et ne soit plus diffusé.
Ils s’appuyaient également sur une pétition regroupant plus de 160 000 signatures au moment où j’écris ces lignes.

Ils reprochent au réalisateur de ne pas les avoir contacté avant de faire ce film et d’avoir fait rejouer par un autre enfant le calvaire de leur fils tout en leur faisant eux aussi revivre ces terribles jours.
La mère de la victime s’est dite “très en colère et bouleversée”.

Je n’ai trouvé aucune demande directe contre le festival de Clermont-Ferrand (l’Académie des Oscars semble la seule visée).
Il semble que le réalisateur ai exprimé son refus de censurer son film en cessant sa diffusion ou en le retirant de la compétition américaine.

Art, témoignage, respect ou scandale ?

Cette polémique naissante interroge sur le rôle de l’art et ce qu’il est possible ou non de faire.
Je pense qu’il n’existe pas de réponse universelle et que chacun aura son avis.

Je comprends que les proches de l’enfant assassiné il y a 26 ans soit profondément heurtés par ce film et le fait qu’il soit mis en avant aux Oscars, quelques jours après l’anniversaire de la mort de leur fils.

Je comprends aussi que de voir ce sujet évoqué au travers d’une fiction se voulant très réaliste, puisque basée sur les auditions des coupables puisse être un choc plus violent encore qu’un documentaire, par exemple.
La fiction peut sembler moins distanciée, avec sans doute une volonté de reconstitution réaliste de l’ambiance générale des faits.

Mais je comprends aussi qu’un artiste ai voulu évoquer ce drame, qui marque encore aujourd’hui la population britannique.

Il est difficile de savoir pourquoi le réalisateur n’a pas contacté en amont la famille. Cela ne me semble pas être forcément une volonté de leur nuire ou de les ignorer. Je me garderai de tout jugement d’intention, en tout cas.
Peut-être avait-il peur de voir son projet bloqué, ou d’être trop influencé / émotionnellement impacté dans son processus de création.

Affiche du court métrage Detainment
L’affiche du film

Ce film au festival de Clermont

Detainment est sélectionné en compétition internationale du festival de Clermont-Ferrand (séance I4).
Ce film a été tourné en 2018 et a déjà été plusieurs fois présenté dans des festivals. Il a même gagné 2 prix à Cannes. D’autres récompenses lui ont été attribuées, à Cracovie, Winchester, Kurz, Galway ou aux USA par exemple.

À titre personnel, je pense que j’irai voir ce film si j’en ai l’occasion, en tout cas il ne me fera pas fuir la séance qui le présente.
Ce que j’attends du festival du court métrage de Clermont-Ferrand, c’est aussi la découverte de sujets forts, l’interpellation, l’ouverture d’esprit.
Compte tenu du parcours de ce film, je n’ai pas le sentiment qu’il apporte un traitement voyeuriste ou glauque à cette affaire terrible. Ce n’est d’ailleurs pas les arguments de la famille.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Vous pouvez commenter cet article ci-dessous.

Partagez cet article :