Les députés auvergnats, actifs ou pas ?

Les députés auvergnats, actifs ou pas ?

16 décembre 2018 0 Par SuperBougnat

Alors que la France connaît une crise sociale fortement marquée par la défiance envers les élus et des appels à la démission du Président de la République et/ou la dissolution de l’Assemblée Nationale, faisons un point sur l’activité des députés auvergnats.

Toutes les données concernent la période du 11/12/2017 au 15/12/2018 et sont issues du site nosdeputes.fr.
Les fond de cartes sont du même site et les images de l’hémicycle de Wikipédia.

Commençons par le résumé !

Voici la liste des députés auvergnats, avec leur circonscription et leur appartenance politique :

Et voici le classement que j’ai établi du travail de ces députés :

classement députés

3 députés se détachent nettement pour leur travail assidu et varié : Viencent Descoeur (Républicain / Cantal), André Chassaigne (Communiste / Puy-de-Dôme) et Christine Pires Beaune (Socialiste / Allier).
A l’opposé, 4 députés de démarquent par un travail médiocre sur tous les critères : les 3 députés MoDem du Puy-de-Dôme (Laurence Vichniesky, Michel Fanget et Valérie Thomas) et Laurence Vanceunebrock-Mialon (La République en Marche / Allier).
Les 5 autres députés auvergnats ont un investissement variable en fonction des critères.

Trouvez le détail de ce classement ci-dessous :

Des députés présents ?

Sur 52 semaines, le parlement en a travaillé 46 (deux périodes de vacances, de 2 et 4 semaines).
Et nos députés ?

Une seule action dans une semaine compte comme “présence”, même si le/la député/e ne travaille que quelques heures à l’Assemblée.

  1. 42 semaines de présence / 9ème place nationale :
    Jean-Pierre Vigier
  2. 41 semaines de présence / 30ème place nationale :
    André Chassaigne
    Vincent Descoeur
  3. 39 semaines de présence / 122ème place nationale :
    Bénédicte Peyrol
    Christine Pires Beaune
    Jean-Yves Bony
  4. 37 semaines de présence / 256ème place nationale :
    Jean-Paul Dufrègne
    Valérie Thomas
  5. 36 semaines de présence / 322ème place nationale :
    Isabelle Valentin
  6. 35 semaines de présence / 366ème place nationale :
    Michel Fanget
  7. 34 semaines de présence / 405ème place nationale :
    Laurence Vichnievsky
  8. 32 semaines de présence / 454ème place nationale :
    Laurence Vanceunebrock-Mialon

Si l’on peut comprendre que les députés soient absents de l’Assemblée certaines semaines (maladie, déplacement officiel à l’étranger ou présence en circonscription par exemple), il est surprenant de constater un écart de 10 semaines de présence entre Laurence Vanceunebrock-Mialon et Jean-Pierre Vigier, soit plus de 2 mois d’absence qui représente 21 % du temps de travail de l’assemblée !
Seul le tiers de nos députés est très présent avec 1 mois maximum d’absence (en plusieurs fois bien entendu). Pour info, le député français le plus présent compte 44 semaines sur 46 à l’Assemblée.

Des députés travailleurs de l’ombre ?

Si les citoyens ont l’habitude de voir les députés nombreux lors des questions au gouvernement, retransmises à la télévision, ils se plaignent souvent de voir un hémicycle quasiment vide lors du vote des lois, parfois au milieu de la nuit.
Mais il faut savoir que nos représentants travaillent aussi au sein de commissions et que ce travail est plus discret mais tout aussi important que ce qui se déroule dans l’hémicycle. C’est là que les lois se construisent et que les élus contrôlent un certain nombre d’actions du gouvernement et de l’administration.

Le classement résulte de l’addition des présences et des participations en commission.
9 députés sur 577 ne sont pas comptabilisés car présents depuis moins d’un an (suppléants ou élections anticipées).

  1. Vincent Descoeurs : 110 présences | 269 interventions | 40ème / 565
  2. Christine Pires-Beaune : 114 présences | 216 interventions | 51ème / 565
  3. André Chassaigne : 105 présences | 157 interventions | 75ème / 565
  4. Jean-Pierre Vigier : 125 présences | 85 interventions | 112ème / 565
  5. Jean-Paul Dufrègne : 92 présences | 115 interventions | 115ème / 565
  6. Bénédicte Peyrol : 102 présences | 102 interventions | 123ème / 565
  7. Laurence Vichnievsky : 67 présences | 98 interventions | 179ème / 565
  8. Jean-Yves Bony : 83 présences | 61 interventions | 230ème / 565
  9. Michel Fanget : 71 présences | 45 interventions | 318ème / 565
  10. Laurence Vanceunebrock-Mialon : 77 présences | 33 interventions | 344ème / 565
  11. Valérie Thomas : 59 présences | 21 interventions | 442ème / 565
  12. Isabelle Valentin : 48 présences | 24 interventions | 468ème / 565

On peut voir que les 5 députés auvergnats les moins présents en commission ont aussi pour point commun une très faible participation à celles-ci (moins d’une intervention par séance, en moyenne.
A contrario, les 3 premiers se montrent plutôt actifs, se classant dans les 20 % de députés les plus travailleurs de l’Assemblée sur ce point.

De la pertinence dans l’hémicycle ?

Les huissiers de l’Assemblée Nationale prennent note de tout ce qui se dit lors des séances dans l’hémicycle, de l’insulte lancée à la cantonade aux arguments plus construits.

Une intervention est considérée comme longue, à partir de 20 mots, ce qui permet de la considérer comme un peu plus construite (et pertinente ?) qu’une simple invective.

  1. André Chassaigne : 1099 interventions dont 570 longues (52 %).
  2. Vincent Descoeur : 758 interventions dont 315 longues (42 %).
  3. Christine Pires-Beaune : 384 interventions dont 269 longues (70 %).
  4. Jean-Paul Dufrègne : 686 interventions dont 212 longues (31 %).
  5. Bénédicte Peyrol : 126 interventions dont 95 longues (75 %).
  6. Laurence Vichnievsky : 86 interventions dont 81 longues (94 %).
  7. Jean-Pierre Vigier : 226 interventions dont 78 longues (35 %).
  8. Jean-Yves Bony : 211 interventions dont 54 longues (26 %).
  9. Isabelle Valentin : 94 interventions dont 52 longues (55 %).
  10. Michel Fanget : 20 interventions dont 18 (90 %).
  11. Valérie Thomas : 14 interventions dont 11 longues (79 %).
  12. Laurence Vanceunebrock-Mialon : 4 interventions longues (100 %).

On pourrait penser qu’un fort taux d’interventions longues serait révélateur de députés actifs, mais on s’aperçoit que cela correspond en fait souvent à des députés qui ne s’expriment que peu dans l’hémicycle… Sont-ils absents, inintéressés ou timides ?
On voit aussi que les plus actifs ne sont pas forcément les plus pertinents dans l’absolu, même si leurs interventions longues révèlent une capacité à exprimer des arguments développés… peut-être en même temps qu’une tendance un peu sanguine à invectiver les autres orateurs.

Des députés force de proposition ?

Le travail principal des députés et d’écrire et de voter les lois (le gouvernement pouvant lui aussi proposer des lois).
A cela s’ajoute un travail de rédaction de rapports, pour préparer des lois ou en évaluer certaines qui existent déjà.
Quels sont donc nos députés les plus actifs sur ce travail de base du législateur ?

Pour le classement, j’ai attribué 1 point par amendements proposé, 10 points par rapport et 100 points par loi proposée.

  1. Vincent Descoeur : 5 propositions | 923 amendements | 1 rapport / 2ème / 565.
  2. André Chassaigne : 6 propositions | 271 amendements | 2 rapports / 27ème / 565.
  3. Christine Pires-Beaune : 0 proposition | 440 amendements | 2 rapports / 44ème / 565.
  4. Isabelle Valentin : 3 propositions | 151 amendements | 0 rapport / 89ème / 565.
  5. Jean-Pierre Vigier : 1 proposition | 231 amendements | 0 rapport / 102ème / 565.
  6. Jean-Yves Bony : 0 proposition | 187 amendements | 0 rapport / 140ème / 565.
  7. Laurence Vichnievsky : 1 proposition | 80 amendements | 1 rapport / 170ème / 565.
  8. Jean-Paul Dufrègne : 0 proposition | 128 amendements | 0 rapport / 192ème / 565.
  9. Bénédicte Peyrol : 0 proposition | 47 amendements | 4 rapports / 249ème / 565.
  10. Michel Fanget : 0 proposition | 9 amendements | 2 rapports / 409ème / 565.
  11. Laurence Vanceunebrock-Mialon : 0 proposition | 5 amendements | 1 rapports / 482ème / 565.
  12. Valérie Thomas : 0 proposition | 0 amendement| 0 rapport / 554ème / 565.

Si Vincent Descoeur et André Chassaigne se montrent actifs et polyvalents, leurs collègues auvergnats ont eux une activité législative plus fragmentée et légère.
A noter le cas très surprenant de Valérie Thomas qui en un an n’a proposé aucune loi, aucun amendement ni n’a rédigé aucun rapport ! D’autres font à peine mieux qu’elle.

Je ne prends pas ici les nombres de lois ou amendements qui ont été signés par les députés.
Il ne s’agit là à mes yeux pas d’un travail très représentatif, puisqu’il consiste essentiellement à soutenir des collègues qui ont préparé un texte, parfois simplement par discipline de groupe politique d’ailleurs.

Des députés qui interpellent le gouvernement ?

On connaît bien les questions orales au gouvernement, qui ont lieu chaque semaine et sont retransmises à la télévision. Les députés posent aussi de nombreuses questions écrites aux ministres.
Toutes ces questions permettent de préciser les orientations politique du gouvernement (surtout à l’oral) et de préciser les conditions d’application des lois (surtout dans les questions écrites).
Ce travail de fond est très utile, même s’il est plus discret et moins directement impactant que le vote des lois ou le travail en commission.

Nombre de questions posées et classement national des députés auvergnats :

  1. André Chassaigne : 64 questions dont 8 orales | 5ème / 565.
  2. Vincent Descoeur : 57 questions dont 5 orales | 23ème / 565.
  3. Jean-Paul Dufrègne : 43 questions dont 7 orales | 93ème / 565.
  4. Christine Pires Beaune : 43 questions dont 12 orales | 94ème / 565.
  5. Laurence Vanceunebrock-Mialon : 35 questions dont 1 orales| 138ème / 565.
  6. Jean-Pierre Vigier : 32 questions dont 3 orales | 166ème / 565.
  7. Isabelle Valentin : 29 questions dont 4 orales | 189ème / 565.
  8. Jean-Yves Bony : 16 questions dont 3 orales | 318ème / 565.
  9. Michel Fanget : 12 questions dont 4 orales | 373ème / 565.
  10. Valérie Thomas : 6 questions dont 1 orale | 476ème / 565.
  11. Bénédicte Peyrol : 5 questions dont 2 orales | 498ème / 565.
  12. Laurence Vichnievsky : 4 questions dont 2 orales | 511ème / 565.

Là encore on voit un énorme écart d’activité entre nos députés.
Si la plupart posent plusieurs questions par mois (en moyenne) au gouvernement, les 3 dernières brillent par une activité extrêmement réduite : on peut s’interroger sur leur intérêt pour ce travail de fond et sur leur investissement concret.
Une bonne nouvelle au moins : aucun de nos députés auvergnats ne semble privilégier de voir sa tête à la télévision au détriment des questions écrites de fond. Ouf !

Partagez cet article :