Le patrimoine mondial UNESCO en Auvergne

Le patrimoine mondial UNESCO en Auvergne

22 janvier 2019 0 Par SuperBougnat

L’Auvergne regorge de paysages et monuments magnifiques.
Certains sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, leur offrant une visibilité internationale, au côté des nombreux sites classés et espaces protégés.

Article mis à jour le 19/02/2019 – Section sur le Viaduc de Garabit.

Le patrimoine mondial, c’est quoi ?

Le patrimoine mondial est constitué de sites naturels ou culturels dont l’importance, la beauté ou la rareté font qu’ils ont une portée universelle et qu’ils sont exceptionnels.

Les pays peuvent présenter des lieux à ce classement, qui impose alors des démarches de valorisation et de protection très fortes (le label pouvant se perdre).

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) encourage l’identification, la protection et la préservation du patrimoine culturel et naturel à travers le monde, considéré comme ayant une valeur exceptionnelle pour l’humanité. Cela fait l’objet d’un traité international intitulé Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel , adopté par l’UNESCO en 1972.

https://whc.unesco.org/fr/apropos/

La France fait partie des pays qui comptent le plus de sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO mais l’Auvergne ne compte à ce jour que 2 classements, et un projet.

1998 : les chemins de Saint-Jacques de Compostelle

Logo UNESCO Saint Jacques de Compostelle

En 1998, l’UNESCO a reconnu l’intérêt particulier des chemins de Compostelle en France, et en particulier de celui qui prend son départ au Puy-en-Velay (la Via Podiensis, le plus ancien chemin connu).

À ce titre, 3 monuments auvergnats ont été classés :

  • La basilique Notre-Dame du Port, à Clermont-Ferrand
  • La cathédrale Notre-Dame-du-Puy, au Puy-en-Velay
  • L’Hôtel-Dieu, au Puy-en-Velay

Grâce à ce classement, Notre-Dame du Port a bénéficié de plusieurs phases de rénovation qui lui ont rendu sa beauté ancestrale (qui se souvient que l’église était encore noire et couverte de lauzes dans les années 1990 ?).
Une nouvelle campagne de valorisation est d’ailleurs lancée par la municipalité, en 2019.

Au Puy-en-Velay aussi, l’effet “patrimoine mondial” s’est fait sentir, avec un centre-ville mis en beauté, une fréquentation sans cesse en hausse grâce au chemin de Saint-Jacques et désormais des animations nocturnes avec Puy de Lumières (projections de spectacles lumineux sur les bâtiments du Puy et de son agglomération).

2018 : l’ensemble Chaîne des Puys et Faille de Limagne

Logo UNESCO Chaîne des Puys et Faille de Limagne

Après des années de candidature et 2 refus (en 2014 et 2016), malgré un fort soutien de la population, le département du Puy-de-Dôme a obtenu le classement de la chaîne des Puys et de la faille de Limagne en juillet 2018.

Cet ensemble tectonique exceptionnel (la faille de Limagne serait un rift avorté et les volcans des monts Dômes correspondraient à un point chaud) est le premier site exclusivement naturel classé en France métropolitaine.

Dès le lendemain du classement, la maison du parc des Volcans d’Auvergne recevait déjà des demandes de renseignements venant du bout du monde.
Les résultats sur la fréquentation ne seront connus que plus tard, et se feront sans doute sur le long terme.

2019 : candidature de Vichy

Le 22 janvier 2019, la candidature de Vichy est officiellement déposée pour un classement au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Cette candidature intervient dans un cadre collectif : il s’agit de faire reconnaître la valeur exceptionnelle du thermalisme en Europe, et son apport en matière d’urbanisme, d’architecture et d’art de vivre.

11 villes européennes se sont alliées pour présenter cette candidature commune. Vichy est la seule représentante française.

C’est la République Tchèque qui porte cette candidature groupée, au nom de l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la France, l’Italie et le Rouyaume-Uni.

Espérons que les démarches seront moins longues que pour la chaîne des Puys (10 ans !).

Logo candidature Vichy

2019-2020 : vers une candidature du Viaduc de Garabit ?

Sur le modèle de la candidature commune des villes thermales emblématique en Europe, une démarche a été entreprise pour classer des viaducs à grande arche de la fin du XIXème siècle.

Initialement, 5 ponts construits par la société de Gustave Eiffel étaient concernés :

  • Garabit (Cantal)
  • Müngstener Brücke (Allemagne)
  • Maria Pia (Portugal)
  • Dom Luis 1 (Portugal)
  • Ponte San Michele (Italie)

La démarche s’est finalement ouverte, en supprimant le critère d’une construction Eiffel pour retenir celui de pont métallique à grande arche.
Ainsi, un sixième ouvrage s’est joint à la démarche de classement UNESCO :

  • Viaduc du Viaur (Aveyron et Tarn)

La démarche n’en est qu’à ses débuts (depuis 2 ans déjà, tout de même) et il faudra sans doute attendre au moins 10 ans pour la voir aboutir (espérons-le).

Plusieurs choses restent à régler.
Tout d’abord, obtenir un soutien des ministères de la culture de chacun des pays concernés.
Ensuite, définir un pays chargé de porter la candidature (il ne peut y en avoir qu’un).
Il faut tenir compte que désormais (à partir de 2019) l’UNESCO n’autorise plus qu’une seule candidature par pays et par an, en insistant sur le caractère universaliste des projets proposés.

Comme nous l’apprend le journal La Montagne, l’argument principal du projet est “de faire valoir une pratique industrielle de l’époque, comment le progrès technique a permis le désenclavement de territoires”, selon Pierre Jarlier, président de Saint-Flour Communauté.

Autre contrainte : l’entretiens garanti dans la durée de ces ponts, s’ils venaient à être classés.
Cela passe nécessairement par un maintien de l’activité ferroviaire, alors que la SNCF ne se montre guère enthousiaste pour maintenir la ligne qui traverse l’Aubrac, via le Viaduc de Garabit et que l’entretiens du pont est assez minimal.

Viaduc de Garabit
Source : Wikipédia – J. THURION
Partagez cet article :