La montagne de la Serre du Crest à Chadrat

La montagne de la Serre du Crest à Chadrat

5 juillet 2020 0 Par SuperBougnat

Classée au patrimoine mondiale par l’Unesco, au même titre que la chaine des Puys et la faille de Limagne, la montagne de la Serre offre de beaux paysages, entre la plaine et les volcans, qu’elle relient.
Découvrez sa partie est grâce à cette randonnée à la découverte des paysages et du patrimoine locaux.

En résumé

Distance : 11,1 Km
Dénivelés cumulés : ⬆ 241 mètres |241 mètres ⬇
Durée : 4 heures
Terrain : chemins agricoles en majorité avec très peu de route et de sentier escarpé
Difficulté : parcours facile, à condition de bien se protéger du soleil et d’avoir de bonnes chaussures. Un seul passage très délicat (300 m) qu’on peut éviter si besoin.

En partant de son extrémité est (le village du Crest), la montagne de la Serre s’étend sur une dizaine de kilomètres, jusqu’au lac de la Cassière, au pieds des Puys volcaniques.
Je vous propose ici de parcourir la moitié de ce plateau, repère bien connu des ornithologues venant y observer les oiseaux migrateurs.

J’ai testé cette rando en juillet 2020.
Gardez à l’esprit que le terrain peut avoir évolué, depuis.

Le lieu

La montagne de la Serre est une crête plus ou moins étroite selon les endroits, qui s’étale sur 10 Km d’ouest en est.
Il y a plusieurs millions d’années, une vallée se trouvait ici.
L’éruption d’un volcan proche a formé une coulée de lave qui a rempli cette vallée, en recouvrant la couche de sédiments qui était déjà présente ici.
Puis, l’érosion a fiat son œuvre, détruisant petit à petit les sédiments… sauf ceux qui étaient protégés par la lave solide qui les recouvraient.

La coulée qui était autrefois au fond de la vallée et devenue le sommet d’un plateau, entouré de nouvelles vallées creusées par les ruisseaux, la pluie, le gel et le vent.
C’est ce que l’on appel un “relief inversé” puisque ce qui était autrefois “en bas” et désormais “en haut” du paysage, qui s’est creusé tout autour.

Départ

Le départ se fait depuis l’église du Crest (un petit parking est disponible et s’il est plein, il y en a d’autres dans le village).
L’accès est particulièrement facile depuis l’autoroute A75 (sortie n° 5).

La marche

LA CARTE DU TRAJET :

(cliquez pour l’acheter)

Vous croiserez plusieurs balisages sur ce parcours et les suivrez parfois.
Mais cette randonnée n’est pas un circuit qui est tracé sur le terrain.

Départ :
Rejoindre l’église du Crest et la contourner par sa gauche (des panneaux indiquent le début du chemin).

1 :
Juste au-dessus des maisons proches de l’église, la route devient un chemin qui monte sous les arbres : l’emprunter.

2 :
Rapidement, le chemin bifurque à droite à un petit carrefour (sur la gauche, on peut avoir une jolie vue sur le village du Crest, à 20 mètres environ).

3 :
En sortant du bois, vous allez longer une grande prairie sur votre gauche.
D’ici s’offre une belle vue sur le massif du Sancy (à gauche) et quelques fenêtres sur la chaîne des Puys et le plateau de Gergovie (à droite).

Attention, sur la droite, le chemin est bordé par des falaises, cachées par la végétation : ne sortez pas du sentier !

4 :
À un carrefour où se croisent 4 chemins (celui qui part à droite est discret), prenez à gauche, en direction du village de Chadrat (le chemin va rapidement descendre et il faut le suivre en ignorant ceux qui partent à droite ou à gauche).

Un peu plus bas, en arrivant dans le bois, profitez de la mise en valeur d’anciennes cabanes en pierres sèches, sur la droite, là où se trouvaient autrefois un verger de cerisiers. (voir les photos en bas d’article)

5 :
À Chadrat, profitez de la fraîcheur de l’église et des nombreuses fontaines (non potables).
Prenez la rue qui monte légèrement à droite et longe l’église, puis suivez-là jusqu’à redescendre sur la départementale, que vous suivrez également en montant sur votre droite, sur une centaine de mètres.

6 :
Au niveau de la grande croix et de la fontaine avec un grand abreuvoir à bestiaux, quittez la départementale et tournez à gauche, en direction de la chapelle Sainte-Anne.

7 :
Rapidement, le chemin se divise : prenez à droite, sur la route encore goudronnée mais qui va rapidement redevenir un chemin agricole.

8 :
À la chapelle Sainte-Anne, prenez le chemin qui part à angle droit, sur votre droite (et pas celui qui va encore plus à droite).
Le chemin va rapidement monter et le sol pourrait bien être un vestige d’un ancien pavage (romain ?).

Au niveau de la chapelle, Vous pouvez profiter d’un peu d’ombre, d’une table de pique-nique et d’une poubelle.

9 :
En haut de la côte, traversez la départementale (ATTENTION, les voitures roulent vite et sortent d’un virage, sur votre droite).
Traversez le petit parking en empruntant le chemin sur sa gauche puis tournez à droite après une dizaine de mètres.

10 :
Sur la droite du chemin, un réservoir d’eau (château d’eau enterré) a été aménagé pour accueillir un observatoire dédié à l’étude des oiseaux migrateurs, qui utilisent le relief particulier de la montagne de la Serre comme point de repère sur leur trajet entre le nord et le sud de l’Europe.

4 :
En revenant au carrefour où vous aviez pris la direction de Chadrat, tournez à gauche, dans le bois.

Ce passage est court (300 mètres) mais délicat (forte pente et gros cailloux) !
Si vous n’avez pas de bonnes chaussures de marche ou que vous avez des soucis d’articulation, préférez la prudence et rejoignez le Crest par le chemin emprunté à l’aller, en allant tout droit au lieu de tourner à gauche).

11 :
En bas de la pente, à un grand carrefour, prenez le large chemin à droite, qui vous ramènera au Crest, juste sous l’église.
Restez toujours sur ce chemin principal (pendant 3 Km), sans emprunter ceux qui le rejoignent ou en partent, de part et d’autre.

Rappels importants

Équipez-vous bien : chaussures de marche, coupe-vent, eau et protections contre le soleil.
Ne randonnez jamais par temps orageux, même s’il ne pleut pas (risque d’éclair d’orage sec).
Suivez le balisage de terrain, qui a la priorité sur la carte, mais faites attention de savoir lire ce balisage et de ne pas suivre des traces inconnues.
Ne sortez pas des chemins : la nature est fragile et chaque pas la détériore un peu plus.
Tenez votre chien en laisse là où cela est demandé et toujours à proximité des troupeaux (qui ont peur des chiens et peuvent en subir de lourdes conséquences).

Quelques photos

Le village de Corent

La butte sur laquelle s’étend le village vient comme un point d’orgue à l’extrémité est de la montagne de la serre.
Autrefois, un château s’élevait ici, englobant toute la colline et bénéficiant de plusieurs murs d’enceinte, dont l’un englobait le village. Il n’en reste aujourd’hui qu’une tour, surmontée d’un campanile.

En chemin…

Panorama sur la chaîne des Puys et le plateau de Gergovie
Les volcans du cœur de la chaîne des Puys
La roche volcanique qui constitue le sommet du plateau affleure souvent, sur le chemin
Le plateau de Gergovie, qui surplombe la roche-Blanche et ses falaises immaculées

La cerisaie de Lagarde

Autrefois, un verger de cerisiers se trouvait ici, à Lagarde.
Les hommes ont dégagé les terrains qui étaient couverts d’éboulis rocheux (les “cheiras”) et ont bâti des murs de pierre sèche pour délimiter les parcelles et construire de petites cabanes : les “courtas”.
C’est cabanes se trouvaient un peu partout sur la montagne de la Serre, mais la plupart sont désormais envahie et cachées par la végétation.

Le village de Chadrat

Ce petit village charmant s’ouvre au creux du chemin.
Les maisons ici se ressemblent toutes : un cellier au rez-de-chaussée, pour y faire le vin, une habitation à l’étage et une séchoir en haut, pour les récoltes diverses.
La pierre utilisée est celle que l’on trouve sur la montagne de la Serre, sous la couche de basalte issue de l’éruption volcanique. On trouve dans cette roche de nombreux fossiles, preuve qu’une mer s’étendait autrefois ici.

L’église de Chadrat

Bien que le village appartienne à la commune de Saint Saturnin, les habitants ont depuis longtemps construit leur propre église, agrandie au fil du temps.
Le clocher surplombe le village, avec ses 2 cloches. Autrefois, il fallait plusieurs personnes pour faire un relais visuel entre le cimetière et l’église, afin d’indiquer au sonneur quand il devait cesser de sonner le glas, lorsque le corps d’un défunt arrivait au cimetière, après la procession partie de l’église.

Les stromatolithes

Au temps où une mer recouvrait ce qui allait plus tard devenir la montagne de la Serre (il y a plusieurs dizaines de millions d’années), des concrétions calcaires se sont formées, renfermant de nombreux fossiles.

Les réalisation les plus spectaculaires sont sans doute les stromatolithes, qui ressemblent à des champignons rocheux et seraient en fait les fossiles de colonies bactériennes qui poussaient dans des eaux chaudes et peu profondes.
Un exemplaire particulièrement impressionnant est exposé devant l’église de Chadrat.

Les fontaines de Chadrat

Avant 1904, Chadrat ne comptait qu’une seule fontaine, (celle du Bac, avec son lavoir voûté). On pense que cette source était captée depuis l’époque romaine.

Le débit étant insuffisant, une nouvelle source issue de la montagne de la Serre fut canalisée pour permettre la création, la même année, de 7 nouvelles fontaines et un lavoir.
Ces fontaines de 1904 sont toutes identiques, sauf celle qui se trouve en haut du village, agrandie par une abreuvoir pour le bétail.
Le village était ainsi bien desservi et on estime que 50 millions de litres d’eau s’écoule chaque année par ces fontaines.

En 2004, pour fêter les 100 ans des fontaines du village, une nouvelle fut créer sur la place du Dr Pignol.

La chapelle de Sainte-Anne

Du temps des romains, un chemin reliait Saint-Nectaire à Clermont (enfin, Cornadore à Augustonemetum).
J’ignore si les chemins parsemés de grosses pierres ont la trace d’un ancien pavage très endommagé mais il est certain qu’en ce lieu se tenait une borne romaine, chargée d’indiquer le chemin.

Après les croisades, la borne romaine est devenue la borne Sainte-Anne… puis la “bonne sainte-Anne”.
Finalement, une petite chapelle dédiée à cette sainte a été érigée à ce carrefour.

Aujourd’hui, la chapelle Sainte-Anne offre une pause agréable et un peu d’ombre dans ce paysage où le soleil cogne fort.

Le chemin des Crorètes

Ce petit sentier descend la forte pente qui borde une falaise cachée dans la forêt.
Délicat à emprunter, il se compose de gros blocs rocheux qui le font ressembler au lit asséché d’un torrent.

Tampon Ambassadeur Unesco

Sources :
Carte d’accès : openstreetmap.org
Profil et parcours : brouter.de