Festival du court métrage : les bons plans

Festival du court métrage : les bons plans

18 janvier 2019 0 Par SuperBougnat

Vivre le festival du court métrage à fond, c’est s’engager comme bénévole, prendre un abonnement et enchaîner les séances ou encore venir entre amis boire un verre avant/après une séance.

Mais il y a quelques bons plans que j’aimerai partager avec vous. Ce sont les miens, ils ne feront peut-être pas l’unanimité mais ils vous serviront sans doute.

Voir des films gratuitement

Il existe un programme dont la séance est gratuite ! Et c’est une séance plutôt réputée, en plus.

Ce programme, c’est la séance “Enfants”, accessible dès 4 ans, gratuite et prioritaire pour les enfants (et leurs accompagnateurs).

Pour y assister, il suffit de retirer un billet gratuit, à la Jetée jusqu’au 30 janvier et dans le hall de la Maison de la Culture dès le 2 février à 10H.

Les places partent vite et il est conseillé de retirer ses billets au plus vite et de venir assez en avance à la séance pour s’assurer d’avoir des fauteuils voisins.

4 projections sont prévues :

  • Dimanche 3 février 2019 à 16h, salle Jean Cocteau
  • Mercredi 6 février 2019 à 14h , salle Jean Cocteau
  • Mercredi 6 février 2019 à 16h , salle Jean Cocteau
  • Samedi 9 février 2019 à 15h , salle Boris Vian

Voir des films, confortablement

Toutes les salles ne se valent pas, en terme de confort.

Si les séances de 10H à l’amphi Varda (fac de lettres) sont très courues chaque année, ce n’est pas pour le confort des strapontins, durs et froids.

Si on veut enchaîner les séances pendant des heures tout en étant vraiment confortablement installé, il faut se concentrer sur la Maison de la Culture !

La salle Jean Cocteau offre 1377 places moelleuses et 31 emplacements pour fauteuils roulants.
Sa petite sœur, la salle Boris Vian, offre aussi un très bon confort, mais pour 324 personnes seulement.

Voir des films plus confidentiels

Il existe des séances prévues pour les professionnels.
Celles-ci sont gratuites mais pas forcément faciles d’accès car les professionnels sont prioritaires (logique) et le public peut ensuite accéder à la (petite) salle uniquement s’il reste des places.

Ces séances présentent des films pas forcément sous-titrés et regroupés par pays.
Canada, Colombie, Allemagne, Qatar, Japon, Russie, Taïwan, Pays nordiques ou Malte : il y a du choix !

Ces séances ont lieu dans la salle Conchon (160 places), plus souvent l’après-midi.
Pour avoir une chance d’entrer, il est prudent de venir bien en avance.

Croiser des professionnels

La Maison de la Culture est le cœur du festival depuis des décennies.
Les responsables de l’association organisatrice (Sauve qui peut le court métrage) y délocalisent même une partie de leurs services durant une dizaine de jours.

On peut bien entendu y croiser des professionnels, réalisateurs, producteurs, acteurs ou scénaristes dans les couloirs et un peu par hasard, mais il existe deux lieux propices pour qui veut croiser sa nouvelle ou future idole.

La salle Gripel où ont lieu chaque matin des petits-déjeuners (agapes offertes !) animés qui permettent de rencontrer des professionnels des films présentés la veille en compétition, et d’échanger avec eux.
Ça s’appelle les Expressos et c’est de 9h30 à 13h30, c’est gratuit et on vient et part quand on veut.
Un lieu vraiment sympa pour débuter en douceur sa journée !

La salle Chavignier est une sorte de large couloir permettant de traverser la MDC à son deuxième étage (depuis le Bd F. Mitterrand).
On y trouve de confortables fauteuils, le comptoir pour récupérer l’accréditation des professionnels et même les “pigeon hole” : des casiers qui permettent de laisser un message à la plupart des pros venus au festival.
Votre réalisatrice préférée ou cet acteur trop chou sont forcément dans le coin !

Élargir son horizon

Le festival du court métrage, ce sont des centaines et des centaines de films à découvrir… Mais pas que !

De nombreux évènements ont lieu autour du festival, comme des rencontres, des masterclasses ou des expositions.

Je vous recommande les expositions “Photographies du Canada” de Sophie Margery, à la librairie Nos Racines d’Auvergne, place de la Victoire et “Anatomie du Labo” au centre Camille Claudel

Vernissages vendredi 25 janvier à 18H pour la première et jeudi 31 janvier à 18h30 pour la seconde.

Le programme se retrouve ici : https://clermont-filmfest.org/marche-du-film-court/evenements/.

Boire (et manger) un coup

Les nombreux bars et restaurants du centre-ville de Clermont se mettent en mode “festival” durant une dizaine de jours.

Des food trucks prennent aussi place aux abords de la Maison de la Culture et valent en général le détour (ces dernière années, il y a eu une montée en gamme appréciable).

Mais “THE place to be”, c’est le bar l’Univers, à quelques pas de la Maison de la Culture.
On y bois et on y mange jusqu’à pas d’heure, et surtout on y refait les séances et on y fait des rencontres surprenantes !

Photo MDC et l'Univers
La Maison de la culture et l’Univers
Partagez cet article :