Du Guéry à la Banne d’Ordanche

Du Guéry à la Banne d’Ordanche

25 juin 2020 0 Par SuperBougnat

En marchant du Guéry à la Banne d’Ordanche, découvrez un paysage magnifique et facile d’accès, entre pastoralisme, volcanisme et histoire.
Cette randonnée est un aller/retour mais vous aurez pourtant l’impression de faire une boucle : je vous le garanti !

En résumé

Distance : 9,8 Km
Dénivelés cumulés : ⬆ 225 mètres | 225 mètres ⬇
Durée : 3 heures
Terrain : chemins agricoles, escaliers et sentiers herbeux
Difficulté : facile à condition de bien se protéger du soleil

Je vous propose ici de marcher dans l’un de mes paysages préférés en Auvergne !
Appelé “plateau du Guéry” ou “plaine de may”, ce lieu propose des panoramas époustouflants.

J’ai testé cette rando en juin 2020.
Gardez à l’esprit que le terrain peut avoir évolué, depuis.

Le lieu

Ce “plateau” pas du tout plat traverse de grandes prairies et vous donnera la sensation d’être très loin de la civilisation (pas de bruits de voitures, ici, ou de câbles qui traversent le ciel).

La marche n’est pas difficile, car la montrée (puis la descente) se fait sur une longue distance et s’avère donc très accessible.
Seule la pente herbeuse qui descend du Puy Loup (vers la fin) peut être un peu piégeuse).

Au-delà de bonnes chaussures, vous devrez surtout penser à vous protéger du soleil (pas d’ombre, dans cette lande) : chapeau et une bonne réserve d’eau sont indispensables.

Départ

Le départ se fait depuis le parking du centre nordique du Guéry (situé au bord du lac du même nom).

Avant de commencer à marcher, aller jeter un œil au fond du parking : la vue sur les roche Tuillière et Sanadoire vaut à elle seule le déplacement.

La marche

LA CARTE DU TRAJET :

(cliquez pour l’acheter)

Départ :
Du parking, rejoindre le centre “Cap Guéry”.
Laisser le centre du Guéry (chalet d’accueil/boutique) sur votre droite et engagez-vous sur le chemin goudronné qui monte doucement sur le domaine nordique.

1 :
Assez vite, vous arrivez à un carrefour.
Prenez le chemin de gauche : il sera plus ombragé et offrira une belle vue sur le lac (vous reviendrez par l’autre chemin, et si vous vous trompez, ce n’est pas grave).

2 :
En sortant du bois (il faut toujours suivre le chemin principal, qui monte), continuez de monter et commencez à admirer les pâturages et le paysage !
Sur le chemin, vous verrez sur la droite la descente du Puy Loup que vous prendrez plus tard (point n° 8).

3 :
A mi-chemin entre le Guéry et la Banne d’Ordanche, traversez l’ancienne ferme du Puy May (en ruine depuis des décennies).
Vous pouvez envisager une pause ou un pique-nique ici.

4 :
En sortant d’un large virage à droite, le chemin vous amène au Col de Saint Laurent.
Pour l’aller-retour à la Banne d’Ordanche, passez le portail sur la gauche et engagez-vous dans la pente.
Rapidement, des escaliers prendront le relais : pour une fois, les marches ne sont pas trop désagréables.

5 :
Au sommet de la Banne, profitez d’une vue imprenable sur le Sancy et même le Cantal et les monts Dômes au loin (pas du même côté, hein) mais aussi le Limousin.
La table d’orientation vous permettra de vous repérer, et vous pourrez même voir une large partie de votre rando du jour.

6 :
Après être redescendu au col point n° 4), montez en face du portail, dans la prairie (en principe, une trace est visible).
En haut, juste avant de grimper le Puy Loup, prenez le temps de contempler la borne des quatre seigneurs, qui marque le point frontière entre 4 communes (voir plus loin les explications).

7 :
Au sommet du Puy Loup, profitez d’un panorama à 360° sur les volcans auvergnats (bon, le Cantal est un peu loin, c’est vrai) : c’est vraiment le point d’orgue de cette randonnée.
Une petite ruine est là, énigmatique : je vous propose plus loin des explications, avec les photos.
Trouvez la trace (sentier) qui descend sur la droite de la petite bâtisse en béton et allez-y.

Attention en redescendant car la pente s’accentue petit à petit et la marche sur l’herbe peut être glissante.

8 :
Une fois de retour sur le chemin que vous aviez déjà emprunté à l’aller, prenez à gauche pour redescendre vers le lac de Guéry.

9 :
Au carrefour (patte d’oie), continuez de descendre sur la gauche, entre la plantation d’épicéas et la prairie.
(Comme à l’aller, si vous vous trompez de chemin, ce n’est pas bien grave).
Restez ensuite toujours sur le chemin le plus grand, qui va petit à petit devenir partiellement goudronné.

À l’arrivée :
Au lieu de filer sur le parking, vous pouvez prendre le chemin qui descend sur la droite, en direction du lac.
La vue vaut le détour (qui ne vous prendra que quelques minutes).

Rappels importants

Équipez-vous bien : chaussures de marche, coupe-vent, eau et protections contre le soleil.
Ne randonnez jamais par temps orageux, même s’il ne pleut pas (risque d’éclair d’orage sec).
Suivez le balisage de terrain, qui a la priorité sur la carte, mais faites attention de savoir lire ce balisage et de ne pas suivre des traces inconnues.
Ne sortez pas des chemins : la nature est fragile et chaque pas la détériore un peu plus.
Tenez votre chien en laisse là où cela est demandé et toujours à proximité des troupeaux (qui ont peur des chiens et peuvent en subir de lourdes conséquences).

Quelques photos

Du Guéry à la Banne d’Ordanche

Le lac de Guéry entre les arbres

Des vaches et des volcans

La ferme du Puy May

Cette ancienne ferme (désormais en ruine) occupe le centre du plateau.

Des grandes structures en béton peuvent étonner, mais visiblement, celles-ci étaient liées au centre national de vol sans moteur qui existait ici dans les années 1930 (voir plus loin).
Des hangars abritaient des planeurs qui étaient ensuite acheminée au-dessus de la ferme pour prendre leur envol (tractés par un treuil, un tracteur ou même des animaux, dont paraît-il des vaches ponctuellement louées aux paysans).

La ferme du Puy May

La Banne d’Ordanche

Reconnaissable à des dizaines de kilomètres à la ronde, le profil de la Banne d’Ordanche en fiat un volcan particulier, dans le Sancy !
Culminant à 1512 mètres d’altitude, au-dessus de la vallée de la Dordogne et de la ville de la Bourboule, elle se dresse comme une corne éternelle (en auvergnat, “banà” signifie corne).

Le sommet offre une vue à 360° sur l’Auvergne et un double table d’orientation permet de lire le paysage.

La Banne d’Ordanche

Sur le pentes de la Banne d’Ordanche (sous les escaliers) on peut souvent croiser des amateurs d’aéromodélisme (planeurs uniquement, les moteurs sont interdits) qui perpétuent ainsi une tradition héritée des années 1930, entre la Banne et le Puy Loup (voir plus loin).

Contrairement à ce qu’indique le panneau ci-dessus, ce n’est pas à la Banne d’Ordanche qu’à débuté le vol à voile en France ou qu’a été inventée la technique du “sandow” pour donner de l’élan aux planeurs.
C’était en réalité au Puy de Combegrasse (pas très loin), en 1922, comme en atteste ce magazine de 1942 :

Ce document datant de 1942, on gardera à l’esprit que la valorisation du Maréchal Pétain et des allemands ont sans doute un lien avec la guerre et l’occupation, la publication étant visiblement autorisée par les autorités.

Cliquez sur l’image pour l’ouvrir
Source : https://www.j2mcl-planeurs.net

La borne des Quatre Seigneurs

Une borne était vraisemblablement située ici pour marquer les confins de 4 anciennes seigneuries.
Désormais zone de jonction entre 4 communes (Laqueuille, le Mont-Dore, Murat-le-Quaire et Perpezat), la borne actuelle a été installée en 2005.

Stèle en hommage à Albert Aujeas

La crête qui relie le Puy Loup à la Banne d’Ordanche a abrité de 1931 à 1942 une base de vol à voile (planeurs).
Lieu d’innovation et de records, cet zone deviendra en 1937 le Centre national de vol sans moteur.
En 1940, la guerre met fin aux activités, et le centre national deviendra un “simple” centre sportif, jusqu’à sa fermeture par l’occupant, en 1942 (le centre ne rouvrira pas après la guerre, jugé peu pratique et trop dangereux).

Le 15 Juillet 1942, Albert Aujeas, moniteur-chef de piste se tue suite à un accrochage en vol avec un élève : une stèle lui est désormais dédiée.

“Air Sport” de l’été 1942
Source : https://www.j2mcl-planeurs.net

Le Puy Loup

Au sommet du Puy Loup, la vue est absolument magnifique, de tous les côtés.

Une casemate en béton a été érigée là, telle une rotonde impromptue.
Bien que les cartes IGN la présente tantôt comme un réservoir d’hydrocarbure, tantôt comme un réservoir d’eau, il s’agit vraisemblablement d’une bâtiment lié à l’ancien centre de vol sans moteur (une sorte de tour de contrôle), comme l’indique un témoignage sur ce site.
Les ouvertures vont d’ailleurs dans ce sens, en particulier la plus large qui offre une vue panoramique sur l’ancienne piste de décollage des planeurs.

La Banne d’Ordanche vue depuis la casemate du Puy Loup
La casemate

Le lac de Guéry

Le lac de Guéry

Sources :
Carte d’accès : openstreetmap.org
Fond topographique : francetopo.fr
Profil : brouter.de